Les 5 secrets d’un manager optimiste

De nombreuses études ont démontré récemment que les personnes travaillent avec des personnes qu’ils apprécient, elles parviennent à être plus productives, plus créatives, plus autonomes dans leurs prises de décision.

L’optimisme représente souvent un critère important d’appréciation, notamment au moment d’un recrutement. Quelle que soit l’étape du processus de développement d’une entreprise, l’optimisme participe activement à l’amélioration des performances de chacun.

C’est ainsi qu’est né le management optimiste. Mais sait-on ce que c’est concrètement ? Quels sont les conseils et les secrets d’un manager optimiste ?

Comprendre le management optimiste

Le management optimiste, ou management positif, c’est une attitude que l’on peut adopter face à un salarié ou à un collaborateur, c’est un comportement, une façon de considérer l’autre avec bienveillance.

Le management optimiste permet de réveiller des forces humaines incroyables et d’impliquer davantage chacun dans son travail.

En France, le schéma actuel du management demeure encore traditionnel. Les managers français restent encore tournés vers la hiérarchie mais de plus en plus d’entre eux commencent à se rendre compte que cette voie ne fonctionne plus, surtout avec les nouvelles générations.

 

Etre un manager optimiste ne correspond à tenir un rôle en particulier ou à avoir une attitude unique. Cela signifie que vous êtes plus ouverts aux aléas et aux erreurs, que vous n’avez pas l’esprit figé.

Avec un état d’esprit plus ouvert, il est plus facile d’admettre que si les gens font plus d’efforts, ils ont l’opportunité en parallèle de progresser plus.

Les 5 secrets d’un manager optimiste

Il mise sur les points forts

 

Le manager optimiste fait la différence avec ses principes et ses méthodes d’action et non sur la finalité de son action.

Toute son action est concentrée sur les points forts, c’est-à-dire sur les qualités des personnes qui travaillent avec lui et sur leur potentiel.

Il considère toujours le verre à moitié plein, il est conscient des carences et des limites d’une position mais n’aime pas s’attarder sur cela.

Il aime les solutions partielles

Le manager optimiste privilégie les solutions partielles dès qu’elles sont efficaces.

 

Le but est de parvenir aux objectifs que l’on se fixe et il vaut mieux parfois fragmenter le processus que de se lancer dans une aventure sans en connaître tous les tenants et les aboutissants.

Il aime les petites victoires

Pour doper l’efficacité et la productive de ses collaborateurs, le manager optimiste fait attention aux petites victoires et vient les souligner.

 

Il encourage la créativité, les initiatives, les prises de risque, la persévérance.

Il lève les sujets qui bloquent

Le manager optimiste parie toujours sur l’amélioration d’une situation dégradée ou bloquée, il croit toujours qu’il existe une marge de manœuvre positive et que chacun peut faire des choix.

Au lieu de se focaliser sur ce qui ne va pas ou sur une situation inextricable, le manager va chercher les domaines où chacun à des compétences pour contourner l’obstacle et avancer malgré tout.

Il sort des scénarios négatifs

Le manager positif affirme une confiance totale dans le pouvoir de la volonté mais aussi dans l’action individuelle et collective.

 

 

Il opte toujours pour l’action et l’engagement et ne s’apitoie pas sur la situation quand elle présente des points négatifs.